Invitée pour la première émission de BFMTV 2012 RMC LePoint, Ségolène Royal a pu développer sa vision de la France, une France qui renouerait avec sa promesse républicaine "considérablement affaiblis depuis trois ans" : "Je veux rétablir la promesse républicaine, valeur fondamentale de la France" a-t-elle ainsi déclaré.

Interrogée par Olivier Mazerolle sur ce que serait "la prise de position éthique d'une campagne de Ségolène Royal", elle a déclaré :
"la barbarie d'aujourd'hui ce sont les hommes et les femmes qui sont considérés comme des choses dans certaines entreprises et qui sont liquidés lorsqu'il faut chercher une rentabilité boursière immédiate. (...).
Une décision très claire, très ferme, immédiate que je prendrais sera celle d'une interdiction des licenciements boursiers." 

Reprenant sa proposition émise lors de sa rencontre à Cergy avec les ouvriers de LU, Ségolène Royal a expliqué :
"Il faut inscrire dans la loi l'interdiction des licenciements boursiers et pour que ces grandes entreprises cotées en bourse comprennent bien le message il faudra prévoir le remboursement immédiat de l'ensemble des aides publiques reçues par les entreprises qui délocalisent ou qui licencient lorsqu'elles font des profits".

Retrouvez ci-dessous l'interview de Ségolène Royal :


Après la présentation d'un portait au cours duquel Jean-Pierre Mignard a décrit l'influence de son travail auprès de François Mitterrand, Ségolène Royal a répondu sur sa conception du pouvoir :


Interrogée par Christophe Ono-dit-Biot sur ce qui pourrait sortir les Français du pessimisme, Ségolène Royal a insisté sur l’absolue nécessité de donner une perspective et du travail à la jeunesse notamment en déployant le pacte national qu’elle propose.

Voici cette partie de l'émission BFMTV 2012 RMC LePoint: