Ségolène Royal en Dordogne

Ce jeudi, j’étais en Dordogne pour dialoguer sur le thème de l’agriculture et la ruralité. En milieu d’après midi, nous avons échangé avec 500 personnes dans une ferme exemplaire à Nojals et Clottes, évoquant avec elles les combats et l’avenir du monde rural et agricole.

J’avais invité à cette réunion Sophie Poux, la jeune agricultrice du Tarn et Garonne, productrice de lait , qui avait participé il y a un an, à l’émission de TF1 face au Président Nicolas Sarkozy. A l’époque, il lui avait promis de venir la voir dans son exploitation et trouver des solutions aux difficultés immenses rencontrées par la profession. Un an après, cette promesse n’a été suivie d’aucun effet. Sophie Poux, de son côté, est devenue en quelque sorte porte-parole des éleveurs laitiers.

Et aujourd’hui elle nous l’a redit « c’est moi qui parle physiquement, mais à travers moi ce sont tous les éleveurs en difficulté qui parlent ».

Lors de cette réunion, j’ai rappelé ce qu’est pour moi une évidence : l’agriculture est une part de l’identité française et je n’accepterai jamais qu’elle soit bafouée.

J’ai rappelé également que la politique consiste d’abord à tenir ses promesses. Lors de la campagne en 2007, Nicolas Sarkozy se demandait comment on pouvait vivre avec 400 euros par mois et avait promis aux agriculteurs qu’ils vivraient dignement de leur travail.

4 ans après, rien n’a changé, les promesses n’ont pas été tenues. Les retraites agricoles sont toujours aussi basses et les revenus des agriculteurs ne se sont pas améliorés.

Un sentiment d’abandon fortement exprimé également pas les femmes agricultrices avec lesquelles nous avions déjeunées auparavant, à Lunas.

Toutes ont évoqué leur combat pour faire tourner les exploitations malgré le peu d’argent qu’il reste, éduquer les enfants, transmettre leur métier et leur passion de la terre.

Ce déjeuner m’a confirmé que, malgré toutes les difficultés, une profonde solidarité unit ces femmes et leur permet de continuer à rester debout.

Lors de cette réunion, j’ai proposé que l’Europe protège nos paysans et notre production agricole face aux pays qui ne respectent pas les normes sociales et environnementales .

Je souhaite également que la réforme de la Politique Agricole Commune qui est actuellement discutée et sera mise en oeuvre en 2013 prévoit des mécanismes de soutien aux circuits courts. Il est en effet anormal que les distributeurs fassent des profits considérables alors que les paysans ne parviennent pas à vivre de leur travail, ce qui les conduit au surendettement et au suicide bien plus souvent que dans les autres professions.

Enfin, il faut que l’Europe pèse de tout son poids dans les négociations internationales pour mettre fin à la spéculation sur les matières premières agricoles.

Je suis convaincue que nous pouvons ainsi remonter la pente sur laquelle nous glissons.


Amicalement,

Ségolène Royal