Fraternité studieuse à Melle: Compte-rendu des ateliers Désirs d'Avenir

Nous nous sommes retrouvés à Melle, ce formidable écrin de verdure et de culture au cœur des Deux-Sèvres et de la région Poitou-Charentes.

Passant des terrasses ensoleillées à la salle municipale, 100 puis 200 et enfin 300 animateurs des comités locaux venus de toute la France ont été accueillis par Nathalie Lanzi, Michelle Fazilleau, Marylène, animatrices de Désirs d’avenir, pour une après-midi de travail participatif intense.

Grace à cette après-midi coordonnée à merveille par Denis Leroy et toute l’équipe d’organisation des Deux-Sèvres, bon nombre de membres de Désirs d’Avenir ont pu enfin se rencontrer dans la vie réelle, IRL, In Real Life, comme on le dit aux Etats-Unis de contacts initiés sur internet.

L’après-midi de travail a démarré par un compte-rendu détaillé de la consultation participative sur les retraites et la fiscalité brillamment réalisé et présenté par Hélène Gresso du comité de Charente et Jean-Michel Théry du comité des Hauts-de-Seine.

Après un rappel des grandes dates de l'histoire des retraites en France et une définition des principaux concepts en jeu, l'atelier a présenté une synthèse des débats très riches qui ont eu lieu sur le site de Désirs d'Avenir ainsi que dans les territoires.

Ce résumé simplifie forcément (CR plus détaillé à la rentrée) mais soulignons que les D.A.nautes (participants DA sur Internet) placent la retraite face aux valeurs de dignité (reconnaissance des différentes formes de pénibilité, prise en compte des parcours personnels) et de justice (exigence de simplification, de transparence, d'équité), en opposition à l'injustice manifeste du projet gouvernemental qui, prenant l'être humain pour une machine à produire, confond "temps de bonne santé" et "durée de vie", voulant nous faire travailler jusqu'à épuisement. Comme l'a dit Jacob: "La retraite ne doit pas être un mouroir où chacun s'éteint à son rythme de décrépitude."

De plus, les D.A.nautes demandent une redéfinition du temps d'activité, qui reconnaisse, en plus du travail rémunéré, le temps et le travail donnés à la collectivité sans rémunération - combien d'associations ne tiennent que grâce à l'activité des retraités?

Les contributions venant de tous horizons montrent l’importance et le rôle fondamental de la retraite dans le modèle de société que les Français veulent construire. Loin de se résigner à la destruction annoncée, les Français veulent une solution durable, équitable et juste.

Pour approfondir notre réflexion, Hélène et Jean-Michel nous ont ensuite proposé de nous répartir en différents ateliers participatifs de 15 à 20 personnes autour de trois questions : "La retraite, un temps pour soi" ; "la retraite, un temps pour les autres" ; "la retraite, patrimoine de ceux qui n'en ont pas". Leurs idées ont été notées et transmises, et vont irriguer le travail de terrain pour parler aux Français de la pétition pour un référendum, lancée par Ségolène Royal. Cet atelier était une synthèse des principes de Désirs d’avenir : s'informer, débattre, agir.

Les ateliers ont ensuite donné lieu à une présentation des réflexions et idées partagées avec l’ensemble des adhérents présents.

Faisant suite à cet atelier, Benoît Joseph a présenté un plan d’action ayant pour objectif de signer et faire signer la pétition lancée par Ségolène Royal et portée par Désirs d’Avenir « Pour un référendum d'initiative populaire sur la réforme des retraites! ».
De très nombreux comités locaux, parmi les 600 que compte Désirs d’Avenir, ont organisé ces derniers mois des Universités Populaires et Participatives, montrant le dynamisme et l’envie et le besoin d’actions utiles, tournées vers les citoyens. Il s’agit de poursuivre cette dynamique et de la mettre au service de la gauche et de l’ensemble des Français qui souhaitent que la perspective d’un référendum ouvre un véritable débat de société qui amène le pouvoir en place à réaliser une réforme juste, efficace et durable des retraites. Au programme : porte-à-porte, tractage, séance de signatures, cafés citoyens, séance d’appels téléphoniques, etc…

L’équipe internet a ensuite présenté rapidement l’initiation aux outils Internet « Investir Internet pour Convaincre & Mobiliser » construit pour le séminaire qui s’est déroulé ce printemps aux Glières. L’équipe a invité l’ensemble des adhérents à continuer à s’investir sur la toile notamment au travers de blogs thématiques (agriculture, éducation, travail, culture, santé, etc…) sur les sites où nous sommes les moins présents notamment ceux de la presse quotidienne régionale en gardant à l’esprit les valeurs de tolérance, d’ouverture et de participation qu’incarnent Ségolène Royal et Désirs d’Avenir.

Après une courte pause au soleil et une disposition de la salle au format participatif, l’équipe de Ségolène Royal a invité les animateurs qui le souhaitaient à faire partager les questions et leurs besoins sur le fonctionnement de Désirs d’Avenir (organisation matérielle des réunions, comités locaux, échanges avec les équipes de Ségolène Royal, etc…). Ainsi plusieurs animateurs parisiens, picto-charentais ou encore toulousains se sont exprimés ainsi que des membres de l’équipe de Ségolène Royal très applaudis.

Les échanges ont pris fin avec l'arrivée de la Présidente de Désirs d'Avenir sous un tonnerre d'applaudissements.

Ségolène Royal s’est alors longuement exprimée sur le dynamisme et sur les réalisations récentes de Désirs d’Avenir, celles qui lui tiennent à cœur, le nouveau site Internet et la Fraternité en Action réalisés de manière entièrement participative. Elle est devenue « une pro du net » dit-elle, et à cette occasion, elle a remercié chaleureusement l’ensemble des équipes qui ont participé à ces projets et a aussi évoqué les projets futurs qu’elle souhaite voir émerger.
Elle est revenue sur les fondamentaux de Désirs d'Avenir. A l'ensemble des animateurs présents, la Présidente a rappelé que Désirs d’Avenir se devait d’être une association d’intérêt général qui a vocation à démocratiser l’accès à la connaissance, à la culture, à la compréhension du monde et aux actions de solidarité et de fraternité. L'association et ses membres s'adressent à l'ensemble des Français pour les aider aux travers de notre expérience à trouver des solutions.

Ségolène Royal voit dans Désirs d'Avenir la possibilité de la Fraternité par la preuve, en actions concrètes. Elle a ainsi dit sa volonté de voir l'association monter en puissance sur des actions de Fraternité, en développant les réseaux de solidarité, en allant notamment au contact d’autres associations. Pour cela, elle reste à l'écoute de toutes et de tous, aux propositions que peuvent formuler les adhérents, les animateurs.

Ségolène Royal a ainsi donné l'exemple de Bénédicte, membre de Désirs d’Avenir New York, qui a créé un réseau de 15 000 femmes qui se soutiennent sur des projets économiques. C'est une initiative que pourrait aussi prendre Désirs d’Avenir en France.

Désirs d’avenir a plus que jamais sa place dans cette société, un rôle à jouer a-t-elle poursuivi. Internet ne doit pas être le lieu de l'exposition des états d’âmes des uns ou des autres. Les participants auront compris qu'il est aujourd'hui nécessaire de rester concentrés sur l'essentiel, sur les actions importantes plutôt que sur les états d'âmes; telle est la feuille de route que Ségolène Royal a présentée sous un tonnerre d'applaudissements.

Rejoignant les propos tenus quelques instants auparavant par Sophie Bouchet-Petersen, Ségolène Royal a simplement dit : « Les Français attendent beaucoup de nous et nous devions être à la hauteur dans le débat d’idées.»

Évoquant le débat politique, Ségolène Royal a poursuivi en déclarant tournée la page du congrès et en demandant à tous de se projeter vers l'avenir en accentuant l’organisation des Universités Populaires et Participatives sur les territoires, pour décortiquer et décrypter la société, les difficultés des Français, en analysant les propositions politiques et les solutions proposées. A ce titre, Ségolène Royal a insisté sur l'importance de la mobilisation de l'association dans le débat sur les retraites et de la pétition qu'elle a lancée.

Ségolène Royal est revenue sur la situation nationale, sur le « système Sarkozy », mais aussi sur l’intense travail qu’elle a déployé avec ses équipes régionales pour sauver Heuliez et sur les tentatives d’empêchement de la droite pour nuire au bon déroulement de la journée de solidarité avec les victimes de la tempête Xynthia qui se déroulait le lendemain.

Sous un nouveau tonnerre d’applaudissement, Ségolène Royal a ensuite eu droit une « standing ovation » bien méritée et qui faisait bien chaud cœur.

Après le dîner, la journée s’est conclue en musique au festival des Nuits Romanes. L’ensemble du public a eu le plaisir d'assister à une soirée exceptionnelle autour des grands airs d'opéra (Rossini, Bizet, Verdi...) ponctués par des intermèdes musicaux des trois orchestres de la région (Orchestre Poitou-Charentes, Orchestre des Champs-Elysées, et Ars Nova) réunis pour la première fois sur scène, au pied de l'église Saint-Hilaire, joyau de l’Art Roman superbement illuminée pour l’occasion.

Ainsi rassemblés et ressourcés, nous sommes repartis plus forts vers nos territoires, où nous sommes déterminés à poursuivre notre combat fraternel pour une France plus juste et plus solidaire.

Et comme l’a dit Ségolène : « ce n’est qu’un au revoir ». Nous vous donnons rendez-vous à tous à la Fête de la Fraternité où nous continuerons notre travail.