Pour la liberté d’accès à la contraception, la parole est à vous

L’Inspection Générale des Affaires Sociales a livré un rapport édifiant sur la prévention des grossesses non désirées et la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse (IVG). Ce rapport pointe d’importantes difficultés et blocages, sources de grandes détresses :
30 000 grossesses de mineures, rareté des cours d’éducation sexuelle, l’absence de gratuité de la contraception pour les mineures, difficultés d’accès à l’IVG entre 12 et 14 semaines et barrières à l’utilisation de la contraception d’urgence (pilule du lendemain).


Vous trouverez ce rapport en cliquant sur le lien suivant :  Rapport de l'IGAS

Le droit des femmes à disposer de leur corps est une conquête essentielle mais inachevée et à parfaire. En la matière nous ne pouvons nous contenter de chiffres et de rapports. Il faut agir.
Ainsi Ségolène Royal et la Région Poitou-Charentes ont mis en place le pass-contraception pour prévenir les grossesses non désirées, pass qui est toujours bloqué par le ministre de l’Education Nationale. Ségolène Royal a publié un communiqué que vous trouverez ci-dessous.

Aussi parce qu’il s’agit de nos vies et de nos corps, nous souhaitons vous donner la parole. Citoyennes, citoyens et professionnels de la santé ou des affaires sociales, nous vous appelons à témoigner, pour contribuer à parfaire cette conquête essentielle.

 

Communiqué de Ségolène Royal


Ségolène Royal n'accepte pas que le Pass Contraception, qui permet l'accès gratuit à la consultation médicale et à la contraception par l'intermédiaire des infirmières scolaires, soit encore bloqué par le Gouvernement. Ce n'est pas parce que cette solution est proposée par une élue de gauche qui a toujours agi en faveur de la contraception qu'il faut que le gouvernement UMP la sabote.

Le rapport de l'IGAS rappelle qu'il y a encore 30 000 grossesses chez les mineures et donc une urgence à agir pour répondre à cette détresse.

Contrairement à ce que dit Madame Bachelot qui est parfaitement au courant, le Pass Contraception que Ségolène Royal a institué est le fruit d'une longue concertation et a reçu l'accord des parents d'élèves, des infirmières, des généralistes et des pharmaciens. L'Education Nationale y a été étroitement associée.
Ségolène Royal n'accepte pas que Madame Bachelot dénigre tout ce travail en parlant d'un « coup politique », alors que le Gouvernement n'a pas été capable pendant des années de faire le nécessaire. En agissant précisément pour des raisons politiques, il prive les jeunes de la contraception gratuite alors qu'il ferait mieux de généraliser cette action. Il y a comme une forme de non assistance à mineures en danger alors que tous les moyens de prévention existent.

Ségolène Royal demande une nouvelle fois au Gouvernement d'autoriser les infirmières scolaires à donner le Pass Contraception aux élèves qui en ont besoin, et d'annuler les ordres d'interdiction du Ministère de l'Education Nationale.

Voici ci-après le Pass Contraception qui est toujours sous le coup d'une interdiction du Ministère de l'Education nationale.