Image de diaporamaImage de diaporamaImage de diaporamaImage de diaporamaImage de diaporama

Évaluer cet article
(4 Évaluations)

Au sommaire

Jean Zay, le Front populaire et l'environnement international

Sous la houlette de Jean Zay, la politique éducative et culturelle bat au rythme du Front populaire. Elle est imaginative et audacieuse, profondément réformatrice. Une imagination et une audace d'autant plus exposées que le personnel politique du Front populaire sait que le pays vit dans un environnement international tourmenté, entouré par des régimes de dictature (Espagne franquiste, Italie fasciste et Allemagne hitlérienne).
Par ailleurs, le Front populaire se constitue en grande partie en réaction face à la montée des ligues fascistes en France à partir des années trente. Dans une ambiance d'effervescence politique qui a gagné l'espace public, le ministre de l'éducation nationale doit réagir face à la multiplication d'actes de propagande en milieu scolaire. Une circulaire du 31 décembre 1936 demande aux établissements de « réprimer toute tentative politique s'adressant aux élèves ou les employant comme instrument », suivie d'une seconde circulaire datée du 15 mai 1937 visant les signes distinctifs à caractère religieux. Radical laïc, Jean Zay est très attaché à la sanctuarisation de l'école. Les circulaires, en particulier, celle de 1936, témoignent aussi du climat particulier de l'époque qu'illustre la fermeté de ton du Ministre.

Par ailleurs, Jean Zay expérimente l'éducation physique et sportive à l'école avec une demi-journée par semaine consacrée à la pratique du sport. L'initiative est avant tout éducative et entend répondre aux politiques voisines. Dans l'Allemagne nazie des années trente, le sport est un outil de formatage de la jeunesse, la propagande par l'exaltation des corps servant de vecteur à l'enracinement d'une idéologie orientée vers la soumission et la différentiation raciale. Jean Zay veut au contraire faire de la pratique sportive à l'école un projet de libération, d'émancipation individuelle.

C'est ce même principe d'opposition aux régimes totalitaires qui le conduit à proposer la création du Festival de Cannes. A l'époque, le premier grand festival du cinéma est la Mostra de Venise récupérée par les régimes de Mussolini et d'Hitler qui ont détourné les palmarès dans un but idéologique. Jean Zay a l'idée d'offrir aux démocraties un instrument de concurrence. Le premier Festival international du cinéma de Cannes doit se tenir en septembre 1939. Le Magicien d'Oz doit être le film d'ouverture. La déclaration de guerre met un terme au projet. La première édition aura lieu finalement en 1946.


Vidéo

Docs ad Hoc : l'école est à nous ! Réalisé par Stéphane Benhamou et diffusé sur LCP. Avec la participation de Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Éducation Nationale © Dailymotion / LCP

Documentation relative

Lu 15872 fois

Sur le même sujet ...

Laisser un commentaire

Il vous reste caractères.
Partager cette page sur FacebookPartager cette page sur TwitterPartager cette page sur Google +LinkedinAdhérer au flux RSS

Le Cercil

Une histoire de la déportation dans le Loiret.

  • Ancienne Professeur de lettres, Hélène Mouchard-Zay est la fille cadette de Jean Zay. Elle se bat depuis plusieurs années aux côtés de sa soeur Catherine Zay pour faire vivre la mémoire de son père.
    Lire la suite...

École, culture et république

  • École, culture et République L'annonce de l'entrée au Panthéon de Jean Zay a été saluée un peu partout en France. Le Député et le Ministre n'ont pas seulement laissé un souvenir vivace à Orléans sa ville natale ou à Paris. Arrêtons-nous en Bretagne, une région que Jean Zay affectionnait et où il venait régulièrement.
    Lire la suite...

Agenda des Évènements

Le CLOUD

Les Comités Désirs D'Avenir

Les comités Désirs d'Avenir vous donnent rendez-vous sur leur site.