>

Samedi, 16 juillet 2011

La France et la République : Synthèse de l'Université avec S. Royal et J.P. Chevènement

Valoriser cet article
(1 Évaluation)

Au sommaire

 

2.     Les valeurs de la République et les valeurs de la connaissance et de la science ; l’exemple des énergies renouvelables

La seconde pierre, dans la droite ligne de la première, devrait être l’articulation des valeurs républicaines traditionnelles (liberté, égalité, fraternité, mais aussi solidarité et laïcité) avec les valeurs de la connaissance et de la science. Jpc lie cet impératif à un schéma et un héritage historiques très clairs. Il réclame en effet un lien entre :

« les valeurs républicaines, les valeurs des Lumières qui sont les mêmes, et puis les valeurs de l’éducation et même de la bonne éducation, les valeurs du travail bien fait. Tout ça, ce ne sont pas des valeurs de droite, la gauche doit se les rapproprier. Nous devons les assumer comme ont su le faire les républicains de la IIIe république. Les Gambetta, les Ferry, les Clemenceau. Et Jaurès, lui-même, a-t-il un autre message ? Qu’est-ce que c’est que le message de Jaurès ? C’est la synthèse entre le marxisme et les idéaux de la révolution française. » (Jean-Pierre Chevènement)

Pour Jean-Pierre Chevènement, il y a donc,  « au cœur de la refondation d’une gauche de gouvernement qui tienne dans la durée (…), notre capacité à lier les valeurs de la république, liberté, laïcité, égalité, fraternité, solidarité et puis des valeurs qui sont aussi des valeurs de la république, les valeurs de la connaissance, les valeurs de la science, les valeurs des Lumières, dont nous sommes héritiers » (Jean-Pierre Chevènement)

Pour Ségolène Royal également, l’articulation entre valeurs républicaines et valeurs de la science et de la connaissance fait sens – mais elle souhaite lui donner d’emblée une dimension pratique, opérationnelle. Elle en énonce donc, dans son intervention, un premier exemple : celui des énergies renouvelables. Car la croissance verte a bien évidemment une dimension scientifique indéniable : les énergies renouvelables sont des énergies à inventer, à découvrir, qui nécessite l’investissement des meilleurs chercheurs et des meilleurs ingénieurs. Mais elle a aussi une dimension humaine très forte, en France comme à l’étranger. De ce fait, les énergies renouvelables sont bien au croisement, à l’articulation des valeurs républicaines et des valeurs de la science :

« Tu as articulé et je retiens cette idée (…) [les] valeurs de la République [et] les valeurs de la science et de la connaissance. (…) Je crois qu’aujourd’hui, défendre aussi puissamment le pilier des valeurs de la République et le pilier des valeurs de la science et de la connaissance, c’est comme ça aussi que nous réussirons à faire en sorte que la France prenne le tournant des nouvelles technologies, des nouvelles façons de produire, de consommer, de se déplacer, de protéger les ressources naturelles, d’inventer un autre mode de développement plus économe en énergie, et donc qui permet aussi le développement des pays les plus pauvres de la planète. » (Ségolène Royal).

La meilleure illustration, sans doute, de cette articulation entre valeurs républicaines, des Lumières et valeurs de la connaissance réside dans l’utilisation qui pourrait être faite de l’énergie solaire dans les pays en développement : l’énergie solaire, énergie propre et respectueuse de l’environnement apparaît en effet comme une solution (parmi d’autres, certes) des crises et des tensions qui agitent de nombreux pays en développement. Car ceux-ci ont très souvent la double particularité de manquer de ressources naturelles classiques (énergies fossiles, bois, eau) et d’abonder de soleil et donc, potentiellement, d’énergie solaire. A la prudence un peu sceptique de Jean-Pierre Chevènement sur les énergies renouvelables, Ségolène Royal répond donc par un enthousiasme convaincant, seul remède d’ailleurs aux dysfonctionnements et aux crises que nous constatons (spéculation sur les produits alimentaires, crises sanitaires, etc.) :

« C’est parce que nous réussirons à remettre en cause nos propres modèles de gaspillage énergétique que nous réussirons aussi à donner aussi aux pays les plus pauvres [les chances de paix les plus importantes] » (Ségolène Royal)

 


2015-03-11 13:00:33
Lu 30940 fois

SEGOLENE ROYAL sur Linkedin

Ségolène Royal est sur Linkedin

Vous pouvez dialoguer avec Ségolène Royal sur Linkedin