Image de diaporamaImage de diaporamaImage de diaporamaImage de diaporamaImage de diaporama

Mardi, 19 avril 2011

Synthèse de l'Université "Quel avenir pour l'éducation ?"

Évaluer cet article
(0 Évaluations)

Au sommaire

educationLe samedi 15 janvier 2011, plus de 500 personnes se sont réunies au Théâtre du Soleil, à Vincennes, pour participer à l'Université Populaire Participative sur l'éducation, organisée à l'initiative de Ségolène Royal par Désirs d'Avenir et nos amis du Théâtre de Soleil. Avec Ariane Mnouchkine pour hôte, et Jack Lang, député du Pas-de-Calais et ancien Ministre de la Culture et de l'Éducation Nationale, pour « grand témoin », dix personnalités étaient invitées à intervenir dans une discussion pilotée par Dominique Bertinotti, maire du IVe arrondissement de Paris :Victor Colombani, président de l'Union Nationale Lycéenne (UNL) ; Véronique Decker, directrice d'école à Bobigny, membre du réseau des enseignants en résistance pédagogique ; Yves Dutercq, professeur à l'université de Nantes, sociologue de l'éducation ; Patrick Gonthier, secrétaire général du syndicat UNSA éducation ; Pascal Griffoul, proviseur du lycée Guillaume Apollinaire de Thiais ; Bernard Hugonnier, directeur adjoint à l'éducation de l'OCDE qui a dévoilé en décembre 2010 les résultats de l'enquête PISA 2009[1] ; Kaïs Idriss, vice-président de la FCPE à Paris ;Bruno Julliard, secrétaire national à l'Education du Parti Socialiste ; Alice La Penna, ancienne élève « décrocheuse » puis élève en micro-lycée ; Paul Robert, agrégé de lettres classiques, auteur de La Finlande, un modèle éducatif pour la France?.
Retrouvez l'ensemble des interventions en vidéo en cliquant sur cette page.

Pour garantir la précision de l'Université, il a été décidé qu'elle se concentrerait sur l'éducation jusqu'au lycée inclus : l'enseignement supérieur et la recherche, notamment, devant être traités par ailleurs.

Le triple postulat de l'Université était : le constat partagé, premièrement, de la situation critique de l'Education Nationale en France, que révèlent notamment le nombre si élevé d'échecs scolaires, la reproduction des inégalités sociales et économiques, le mal-être de nos enseignants ; l'affirmation, deuxièmement, que l'éducation constitue aujourd'hui comme hier le pilier de tout programme socialiste digne de ce nom ; la conscience, enfin et surtout, que l'éducation est la condition première d'un avenir meilleur pour la France. Dans son discours de clôture, Ségolène Royal a résumé ces trois idées en une formule claire : « L'éducation est le défi du siècle ».

 


Préc Suivant »

Lu 17716 fois

Laisser un commentaire

Il vous reste caractères.

Le CLOUD

Les Comités Désirs D'Avenir

Les comités Désirs d'Avenir vous donnent rendez-vous sur leur site.